OUEST FRANCE AUTO

ouestfrance-auto

La voiture à 1 € par jour offerte aux salariés

Dominique Laure, un transporteur, propose à 100 de ses salariés de profiter d'une voiture neuve, à temps complet, pour un euro chaque jour travaillé ! Explications.

Les charges sociales en France plombent les comptes des petites et moyennes entreprises ? « Je suis toujours réticent à augmenter les salaires. La facture est lourde à digérer pour le patron. »

Dominique Laure ose parler franchement. À la tête de plusieurs sociétés de transports entre Saint-Étienne-de-Montluc (Loire-Atlantique) et Saint-Loubès (Gironde), cet ancien routier pilote une flotte de 120 camions et manage 135 chauffeurs. « Alors, quand on ne peut pas trop augmenter les salaires, il faut être inventif pour quand même continuer à offrir du pouvoir d'achat à ses gars. »

« Rien n'est lié au contrat de travail »

Dominique Laure se pose alors la question : qu'est-ce qui est partagé par tous et qui grève souvent le budget familial ? « La voiture est arrivée en tête. » Les méninges du boss se sont mises à tourner à plein régime. « Globalement, notre voiture est souvent d'occasion. Elle coûte, hors carburant, environ 2 000 € par an. J'ai eu l'idée de proposer une voiture neuve à tous mes salariés, moyennant 1 € par jour de travail. Soit 250 € à l'année. Un véhicule pour eux ou leur famille à temps complet. »

Comme cela, de loin, tout ressemble à un avantage en nature... Donc imposable. « Pas du tout, nouvelle ruse ! Rien n'est lié au contrat de travail. La société transport Laure propose un service à ses employés. C'est une relation commerciale. »

OK. Mais la location est à perte et donc contestable ? « Une autre idée piquée à la publicité. Un de mes salariés avait une voiture personnelle avec une réclame sur sa carrosserie. Et une contribution de 100 € par mois pour lui. J'ai adopté le système. Je facture 5 € la location à la journée mais avec un contrat publicitaire en sus. Comme les voitures portent nos logos, mon salarié est rémunéré 4 €. » Là, il fallait trouver l'astuce !

En revanche, pas possible de choisir sa voiture. Une Clio diesel cinq portes, sinon rien ! Pour un raisonnement développement durable en béton : « Voiture française, construite en France, rejetant moins de 120 g par km de CO2... Et les anciennes voitures de mon personnel qui ne polluent plus ! C'est ma contribution au bien de la planète. Avec mes camions, je n'étais quand même pas toujours bien placé... »

D'accord, d'accord. On comprend tout, mais alors, vous perdez de l'argent ? « Eh bien non. Cent Clio négociées, il faut faire un chèque d'un million d'euros. Avec un amortissement sur cinq ans. » Sans parler du bonus au niveau du recrutement. Le chauffeur routier demeure une denrée rare sur le marché. Il peut changer d'employeur comme de chemise. « La voiture à un euro sert aussi à fidéliser mon personnel. »

Dernier calcul édifiant ? On y va : « Les cent salariés qui ont choisi cette option gagnent 2 000 € par an en n'ayant plus de frais avec leur voiture. Et déboursent seulement 250 € par an pour rouler avec un véhicule neuf et entretenu. Moi, si je lui avais donné 2 000 € de plus sur son salaire, j'aurai dû sortir au moins 3 500 € avec les charges. Là, je ne sors que 1 080 €, le coût de fonctionnement avec amortissement, frais financiers et contrat d'entretien par Renault compris. » CQFD !

Élisabeth BUREAU